Votre conseiller en gestion de patrimoine

Réduction d’impôt de 25% pour investissement dans les PME

La réduction d’impôt de 25% pour investissement dans les PME est enfin applicable… mais seulement jusqu’au 31 décembre 2020 !

Une personne qui souhaite diminuer ses impôts tout en participant à l’économie peut investir dans des petites et moyennes entreprises (PME) et bénéficier en contrepartie d’une réduction d’impôt sur le revenu de 18% du montant investi. En attente d’une validation de la Commission Européenne depuis 2018, un décret du 7 août dernier a enfin rendu applicable la hausse du taux de réduction d’impôt de 18% à 25%. Il faudra néanmoins se dépêcher pour en profiter car, à l’heure actuelle, ce taux exceptionnel ne s’applique qu’aux investissements réalisés entre le 10 août et le 31 décembre 2020.

Pour rappel, plusieurs types d’investissements sont possibles pour bénéficier de cette réduction d’impôt de 25% : souscription directe au capital d’une PME, souscription de parts de Fonds d’investissement de Proximité (FIP) ou de parts de Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI).

Pour déterminer le montant de la réduction d’impôt, les investissements directs dans une PME sont retenus dans la limite annuelle de 50 000 € pour un célibataire ou de 100 000 € pour un couple soumis à une imposition commune.

Une personne qui investit donc 10 000 € peut bénéficier d’une réduction d’impôt de 2 500 €, ainsi que de la jouissance des parts acquises.

A noter également, qu’en cas d’investissement à travers un FIP ou un FCPI, la réduction d’impôt est calculée à proportion du quota d’investissement dans des PME que le fonds s’engage à respecter (minimum 70%).

Un conseil fiscal préalable à tout investissement est bien évidemment utile pour bénéficier pleinement de cet avantage fiscal et pour se faire guider à travers les conditions d’application à vérifier (choix des secteurs économiques d’investissement, choix des sociétés et des fonds éligibles, conservation des parts pendant 5 ans minimum, plafonnement des niches fiscales de 10 000 €, report éventuel de la réduction d’impôt…).